Le bruxisme

Les grincements de dents nocturnes : le bruxisme

Le bruxisme est l’action de grincer des dents durant le sommeil en produisant des bruits de frottements dentaires. Ce problème touche environ 10 à 15% de la population française.

Manifestations

Au niveau de la bouche, les forces très importantes mises en jeu pendant le bruxisme peuvent avoir des effets nuisibles. Sur les dents, bien sûr, usées prématurément, et il faut souligner que cette usure peut aussi concerner les dents de lait.

Une autre conséquence du bruxisme nocturne est la fatigue des muscles de la mâchoire constatée au réveil. Cette gêne limite alors les mouvements mandibulaires avec parfois des douleurs en avant de l’oreille.

Les forces du bruxisme sont aussi capables de déplacer les dents, si la gencive est en mauvais état (maladies parodontales), et de causer des dégâts sur les articulations de la mâchoire.

Origine

On a longtemps pensé que l’usure des dents était elle-même la cause du bruxisme. Il est maintenant démontré que l’usure excessive des dents est la conséquence et non la cause du bruxisme.
Diverses propositions ont ensuite été faites mettant en cause des facteurs psycho-émotionnels, tel que le stress, dans le développement du bruxisme.

Aujourd’hui les travaux de recherches portent surtout sur les troubles du sommeil, et en particulier sur les médiateurs chimiques qui interviennent dans la régulation des phases du sommeil. En effet, lors d’études faites en laboratoire du sommeil sur des patients souffrant de bruxisme, il a été constaté que les muscles de la mâchoire ne sont pas les seuls touchés par des contractions et mouvements involontaires. Les jambes et bien d’autres muscles du corps sont concernés.
Le bruxisme observé au niveau de la mâchoire n’est donc qu’un des signes visibles d’une situation générale ; c’est sous cet angle qu’il est envisagé.

Traitements

Actuellement, les causes réelles du bruxisme n’étant pas connues, il n’existe pas de moyen de traitement de cette parafonction (le bruxisme n’est pas une maladie). On se contente donc d’en limiter les effets destructeurs sur les mâchoires.

Le moyen utilisé est une orthèse orale (ou gouttière), sorte de protection amovible en résine placée sur une des mâchoires pendant la nuit. Cette gouttière est plus tendre que les dents, de telle sorte que les mouvements de grincements aboutissent à l’user sans que les dents ne soient endommagées. Bien entendu, si le bruxisme se poursuit pendant plusieurs années, la gouttière de protection devra être refaite.

Le fait de serrer des dents durant la journée, sans grincements (et donc sans bruit) conduit à des symptômes identiques : fatigue musculaire de la mâchoire, usure des dents, déplacements dentaires, difficultés articulaires.

Cependant, un diagnostic précis doit être fait pour savoir ce qui relève du bruxisme nocturne, avec la mise en place d’une protection par gouttière (bruxisme nocturne), et ce qui relève d’une étude approfondie des désordres de l’appareil manducateur.

Les gouttières occlusales

Une gouttière occlusale est un dispositif orthopédique modifiant l’établissement des contacts entre les dents du haut et les dents du bas (occlusion).

C’est un appareil en résine, dure ou molle, porté généralement la nuit, mais aussi dans certains cas le jour. Il peut avoir différentes formes et être placé soit au maxillaire (mâchoire du haut) soit à la mandibule (mâchoire du bas). Une gouttière doit être réglée en bouche par le dentiste.
L’indication et la fabrication d’une gouttière (aussi appelée orthèse) répondent à un diagnostic précis propre à chaque situation.

Pourquoi porter une gouttière ?

  • La malposition des mâchoires risque d’entraîner des problèmes musculo-squelettiques sérieux. Ces problèmes se manifestent alors par des douleurs au niveau des muscles de la mâchoire, des articulations, des migraines. Lorsque ces symptômes s’aggravent, les articulations peuvent craquer, les oreilles se boucher. Le cou et les épaules deviennent douloureux et l’ouverture de la bouche est difficile à cause de crampes.
  • La gouttière occlusale, correctement réglée, permet un relâchement des muscles de la mâchoire, et des autres muscles impliqués dans les douleurs, par une déprogrammation au niveau central d’une occlusion iatrogène. Les articulations des mâchoires sont alors soulagées.
  • Les gouttières sont aussi utilisées comme moyen de protection des dents quand des habitudes de grincement provoquent leur usure excessive (on parle de bruxisme).

 

Comment est faite une gouttière ?

  • Une gouttière est conçue sur mesure à partir d’empreintes dentaires. Elle peut être fabriquée en laboratoire de prothèse dentaire, ou au sein du cabinet dentaire.
  • Il existe différents types de gouttières, mais la plus répandue est la gouttière de reconditionnement musculaire. Ce type de gouttière permet de corriger les désordres de la mandibule et les pathologies de l’ATM liées aux crispations (involontaires et souvent incontrôlables des muscles de la mâchoire).
  • La gouttière étant préparée, elle est réglée en bouche par le chirurgien-dentiste. Elle doit, en particulier, être équilibrée lors de la fermeture de la mâchoire pour assurer le calage et le centrage des dents et des articulations. Elle permet aussi de guider les mouvements latéraux de la mandibule.

Une gouttière est en général portée de façon discontinue, essentiellement la nuit. Mais dans certains cas elle peut être portée en permanence pour quelques semaines.

Il n’est pas souhaitable de maintenir en bouche une gouttière pour des périodes très longues.