le syndrome d ‘apnée du sommeil ou SAOS

Aujourd’hui, je vais vous parler d ‘ une pathologie méconnue mais qui peut entrainer à long terme des maladies chroniques : le syndrome d ‘apnée du sommeil ou  SAOS.

Il  concerne 2 à 5 %  de la population , et le ronflement 30 à 50 %. Pendant le sommeil , les muscles de la gorge se relâchent et peuvent provoquer une obstruction partielle du pharynx (ronflement), et quelquefois complète  , ce qui entraine une apnée , phénomène qui peut se répéter des centaines de fois par nuit , on parle alors de syndrome d’ apnée obstructive du sommeil.

Ces apnées entrainent une baisse du taux d ‘oxygène dans le sang et de nombreux micro- éveils qui fractionnent le sommeil; les conséquences sont nombreuses et parfois graves ( hypertension , maladies cardiaques , troubles du caractère , diabète de type 2, troubles de la mémoire, hyperactivité pour les enfants…)

Lors de ses consultations , le chirurgien dentiste a une place privilégiée pour dépister cette pathologie , , un examen clinique et un interrogatoire ( échelle de somnolence d’Epworth)  permet de suspecter cette pathologie et de confier le patient à un spécialiste du sommeil qui établira le diagnostic et prescrira la prise en charge la mieux adaptée . Le traitement consistera , dans les cas les plus sévères dans le port nocturne d’ un appareil de ventilation par pression positive continue, qui empêchent l ‘obstruction , ou dans les cas d apnées moins importantes ( et pour les patients ne supportant pas le traitement précédent ) , dans le port nocturne d ‘une orthèse d avancée mandibulaire  , qui  élargira l’ oropharynx.

Ce traitement est maintenant inscrit aux actes pris en charges par la CCAM , le tarif de remboursement est entre 274 et 339 euros en fonction du type d ‘orthèse (marque) . Cette prise en charge des orthèses d’avancée mandibulaire est assurée pour le traitement du SAHOS sévère (index d’apnées/hypopnées IAH > 30 ou 5 ≤ IAH ≤ 30 associé à une somnolence diurne sévère) en deuxième intention après refus ou intolérance d’un traitement par pression positive continue (PPC).

Si vous ressentez ces symptômes : somnolence diurne, ronflements sévères et quotidiens, sensations d’étouffements ou de suffocation pendant le sommeil, fatigue diurne, nycturie, céphalées matinales . , parlez en à votre médecin ou à votre dentiste!!

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *